RADIO(S)

Alerte info


Donald Trump et son fils Donald Jr. à Cleveland, le 20 juillet 2016.
Donald Trump et son fils Donald Jr. à Cleveland, le 20 juillet 2016. — Paul Sancya/AP/SIPA

2.500 pages publiées sur le fameux meeting de la Trump Tower avec une avocate russe, un aveu de Donald Trump sur un remboursement à son avocat Michael Cohen et une enquête explosive du New Yorker sur des transactions financières qui ont disparu : l’actualité autour de l’affaire russe et du paiement à Stormy Daniels s’est déchaînée, mercredi. Voici ce qu’il faut retenir.

Donald Trump reconnaît avoir remboursé son avocat

C’est une petite note de bas de page au milieu d’une longue divulgation financière publiée par le président américain mercredi, comme la loi l’y oblige. « M. Cohen a demandé le remboursement de dépenses effectuées en 2016 et M. Trump l’a remboursé en 2017 », indique la note. La raison n’est pas précisée mais le montant, compris « entre 100.000 et 250.000 dollars », coïncide avec le versement de 130.000 dollars effectué par l’avocat à l’ancienne actrice porno Stormy Daniels juste avant l’élection pour qu’elle garde le silence sur une liaison présumée avec Donald Trump.

L’un des avocats de Donald Trump, Rudy Giuliani, avait déjà affirmé que le président avait remboursé Michael Cohen, mais c’est la première fois que le président américain le confirme. Début avril, il avait pourtant juré qu’il ignorait tout du paiement.

Plus inquiétant pour Donald Trump, le bureau d’éthique du gouvernement américain a conclu que la somme due à Michael Cohen était « une dette » et aurait dû être dévoilée en 2017. S’adressant au ministre adjoint de la justice, le gendarme de l’éthique souligne que ce point « pourrait être pertinent dans le cadre de toute enquête » chargée de déterminer si le président américain a enfreint la loi sur le financement électoral en passant le paiement, et le remboursement, sous silence.

Donald Trump Jr a des trous de mémoires

Plus de 2.500 pages publiées. La commission d’enquête du Sénat américain a dévoilé le compte rendu des auditions sur la rencontre de la Trump Tower avec une avocate russe ayant promis des « informations compromettantes » sur Hillary Clinton. A 54 reprises, Donald Trump Jr a répondu « Je ne me souviens pas ». Il a notamment oublié si le numéro de téléphone bloqué qu’il a appelé avant et après la rencontre était celui de Donald Trump.

S’il jure qu’il n’a jamais parlé de la rencontre à son père, Donald Trump Jr a toutefois reconnu qu’il était possible que le président américain ait participé à la rédaction du communiqué de presse affirmant que la rencontre avait été organisée pour parler des adoptions d’enfants russes. « Il a peut-être fait des suggestions » via sa porte-parole Hope Hicks, a déclaré le fils aîné du président américain.

Michael Cohen aurait reçu d’autres chèques

La semaine dernière, on a appris que l’avocat de Donald Trump avait monnayé son accès au président. Après l’élection, il a notamment reçu plusieurs versements de centaines de milliers de dollars de Novartis, d’AT & T et d’un fonds d’investissement d’un oligarque russe pour du consulting. Mais selon une enquête du New Yorker, deux autres transactions ont mystérieusement disparu d’une base de données gouvernementale.

A ce stade, on ne sait pas si ces transactions ont été effacées ou si leur accès a été restreint. Mais c’est pour cette raison qu’un employé qui se présente comme un lanceur d’alerte a choisi de faire fuiter les documents financiers restants. Selon le Washington Post, Michael Cohen aurait également réclamé – mais pas obtenu – un paiement d’un million de dollars au gouvernement du Qatar fin 2016, un point auquel s’intéresse vraisemblablement le procureur Robert Mueller. Enfin, selon Yahoo News, Michael Cohen aurait tenté de négocier la construction d’un hôtel Trump à Moscou jusqu’en mai 2016, et pas en janvier comme il l’avait affirmé.

Pas de poursuites au pénal contre Donald Trump

Seule bonne nouvelle de la journée pour Donald Trump : Rudy Giuliani affirme avoir reçu l’assurance du procureur qu’il ne comptait pas inculper le président même s’il découvrait des infractions, pour des raisons constitutionnelles. Robert Mueller devrait simplement présenter son rapport au ministère de la Justice, et laisser le Congrès décider si ses conclusions justifient d’engager une procédure pour destituer le président américain.

Source de l'article : https://www.20minutes.fr/monde/2272571-20180517-revelations-serie-donald-trump-avocat-russie
Partager